Cannabis: vers un changement de paradigme?

Le 6 décembre, à Charleroi, le Centre d’Action Laïque a proposé une journée de réflexion dans le cadre de sa campagne communautaire « Cannabis, réglementons! ».

Au cours de cette journée, tout d’abord, nous avons pu apprendre que cette envie de l’être humain, qui cherche à modifier son état de conscience, n’est pas nouvelle. Le site archéologique de Gobekli Tepe, par exemple, nous en montre déjà des traces qui remontent à plus de 10.000 ans. Historiquement, plutôt que la condamnation que nous connaissons aujourd’hui, c’est l’insouciance qui a majoritairement primé. Il y a toujours eu de la consommation de produits psychotropes, mais on s’en fichait éperdument.

Il est préférable de responsabiliser que de criminaliser, d’encourager l’autonomie que de s’enfermer dans l’assistanat, de respecter les libertés individuelles que de chercher à les restreindre.

Lire l’article

Le Luxembourg veut autoriser le cannabis à usage « récréatif » (RTBF/Belga)

Le Luxembourg veut dépénaliser la production et l’usage « récréatif » du cannabis pour les adultes, selon l’accord de coalition signé lundi par les partenaires du nouveau gouvernement dirigé par le libéral Xavier Bettel.

« Une législation portant sur le cannabis récréatif sera élaborée« , peut-on lire dans cet accord paraphé par le parti libéral, le parti socialiste et le parti écologiste luxembourgeois. Aucun calendrier n’est toutefois précisé.

Lire la suite / Source : Le Luxembourg veut autoriser le cannabis à usage « récréatif » (RTBF/Belga)

Deze nieuwe burgerbeweging wil soft- én harddrugs legaliseren (De Morgen)

Désolé, cet article est seulement disponible en Néerlandais. Pour le confort de l’utilisateur, le contenu est affiché ci-dessous dans une autre langue. Vous pouvez cliquer le lien pour changer de langue active.

Zowel soft- als harddrugs moeten worden gelegaliseerd. Dat zegt Smart on Drugs, een nieuwe burgerbeweging. Dat zou veel efficiënter zijn dan het huidige, repressieve beleid. Al deelt niet iedereen die lezing. “We mogen niet naïef zijn.”

Lees meer / bron : Deze nieuwe burgerbeweging wil soft- én harddrugs legaliseren (De Morgen)

Website : smartondrugs.be

Cannabis: dépassons l’interdit, responsabilisons, réglementons!

Le Centre d’Action Laïque lance une campagne intitulée Cannabis: dépassons l’interdit, responsabilisons, réglementons!  Comme son nom l’indique, celle-ci qui vise à faire évoluer la politique drogue belge en matière de cannabis et propose un modèle pragmatique, qui repose sur une régulation stricte du produit, au bénéfice – entre autres – de la santé publique et de la lutte contre la criminalité.
Continuer la lecture de « Cannabis: dépassons l’interdit, responsabilisons, réglementons! »

Namur Entraide Sida – L’Echange rejoigne #STOP1921

L’asbl Namur Entraide Sida et son service de Réduction des Risque, L’Échange rejoignent la campagne #STOP1921.

Depuis 1990, l’asbl propose à Namur et dans sa région une expertise dans le domaine de la réduction des risques liés à l’usage des produits psychotropes et dans le domaine de la prévention du SIDA, des hépatites et autres Infections sexuellement transmises (IST).

Depuis 2009, l’ASBL gère le comptoir L’Échange, service agréé par les pouvoirs publics wallons en qualité de service d’aide et de soins spécialisés en assuétudes.

En savoir plus

Commission globale : appel à un contrôle responsable des drogues

La Commission globale de politique en matière de drogues vient de publier un rapport intitulé La régulation : le contrôle responsable des drogues. Ce rapport examine en détail la manière dont les gouvernements peuvent prendre le contrôle des marchés des drogues par une régulation légale et responsable.

Depuis 2011, date de sa création, la Commission globale brise un tabou : « la guerre à la drogue provoque des dégâts mais les politiques désastreuses des gouvernements encore davantage » aimait à déclarer feu son représentant, Kofi Annan. Dans son nouveau rapport, la commission émet sept recommandations concrètes pour sortir de la spirale punitive et se réorienter vers un régime de contrôle basé sur les preuves scientifiques, la santé et les droits humains. Les leaders mondiaux prônent ici la réglementation de tous les produits illégaux mais aussi la régulation de produits légaux surconsommés, l’introduction de projets pilotes et la diffusion d’informations afin que la population puisse se forger une opinion objective de ce changement de paradigme.

Télécharger le rapport

La CAAT/Projet FreeDom rejoint #STOP1921

L’ASBL CAAT/Projet FreeDom soutient la campagne #STOP 1921.

Le Centre d’Aide aux Alcooliques et Toxicomanes (CAAT) est actif dans la région de Péruwelz et propose une prise en charge médico-psycho-sociale aux usagers et à leurs proches. Le projet FreeDom propose une aide au sevrage de l’alcool par l’accompagnement à domicile.

En savoir plus

La CAHO rejoint #STOP1921

La Coordination Assuétudes H-O asbl (La CAHO), réseau d’aide et de soins Wallon, construit sur la base du Décret « Assuétudes » de la Région Wallonne, vient de rejoindre la campagne #STOP1921.

Plus que jamais, il est temps d’ouvrir le débat et de mettre en place une politique drogue cohérente, concertée et adaptée aux réalités de terrain, aux enjeux et aux défis de la société d’aujourd’hui.

Ce n’est pas avec une loi pénale, écrite en 1921, qui criminalise le moindre usage, qu’on soigne une addiction, qu’on prévient des abus de consommation ou qu’on réduit les dommages sanitaires…

En savoir plus sur  la Coordination Assuétudes H-O asbl

Zet die plaat af! Een war on drugs heeft nog nooit gewerkt (De Morgen)

Désolé, cet article est seulement disponible en Néerlandais. Pour le confort de l’utilisateur, le contenu est affiché ci-dessous dans une autre langue. Vous pouvez cliquer le lien pour changer de langue active.

Opinie van Tom Decorte – hoogleraar criminologie aan de Universiteit Gent

Vijf jaar voert de N-VA haar war on drugs nu al, en de onbedoelde neveneffecten waren voorspeld. Na vijftig jaar repressie weet de wetenschappelijke wereld dat zo’n aanpak nooit kàn werken. Ze kost handenvol geld, maar de drugsmarkten krijg je er niet mee ontwricht. Integendeel, ze worden nog winstgevender en dus aantrekkelijker voor de échte beroepscriminelen; en ze verharden: het geweld in de publieke ruimte tussen rivaliserende groepen escaleert. (…)

De burgemeester van Antwerpen mag dan al terecht bezorgd zijn over de drugsfenomenen in zijn stad, maar zijn analyses zijn onwetenschappelijk en ingegeven door ideologische overwegingen (hij verwijst vaak naar zijn geweten in deze materie). De weerkerende suggestie dat Nederland de bron van alle kwaad is, en ons eigenlijk met een drugsprobleem heeft opgescheept, is natuurlijk nonsens. Belgische consumenten vormen ook de vraagzijde naar drugs, en drugshandelaren zullen altijd weer de weg van de minste weerstand zoeken om de middelen bij de consument te krijgen.

Het wordt tijd dat de regering een parlementaire werkgroep in het leven roept, die op een ernstige manier kennis neemt van de wetenschappelijke kennis, en van de inzichten van de deskundigen op het terrein. Niet met het oog op een kortzichtige analyse, maar op een fundamentele actualisering van ons drugsbeleid. In een debat zei de Antwerpse burgemeester ooit: als daar een meerderheid voor te vinden is, sta ik er voor open. Maar ondertussen blijft hij op strategisch goed gekozen momenten dezelfde plaat draaien. Tijd om ze af te zetten, dunkt me.

Bron : Zet die plaat af! Een war on drugs heeft nog nooit gewerkt (De Morgen)

Liège ouvre sa première SCMR, enfin une avancée dans la limitation des risques ? (Guide Social)

Elle l’avait dit : même si les autorités fédérales s’y opposaient, Liège ouvrirait sa Salle de Consommation à Moindres Risques (SCMR). C’est désormais chose faite, puisque la ville inaugurera la nouvelle structure ce mercredi. Une réelle avancée pour le secteur, qui lutte depuis tant d’années en faveur d’une révision de la loi, qui date de 1921.

Le secteur de la toxicomanie peut crier (une première) victoire ! Liège ouvrira les portes de sa Salle de Consommation à Moindres Risques ce mercredi. Après des années de débats et de polémiques, le bourgmestre Willy Demeyer a décidé de passer outre le gouvernement fédéral et d’inaugurer un nouvel espace dans la Ville, pour permettre aux toxicomanes de consommer en toute « tranquillité ». Le projet est plutôt bien accueilli, même si certains aspects devront faire preuve d’une surveillance accrue. Le secteur, quant à lui, salue cette mesure.

Lire la suite : Liège ouvre sa première SCMR, enfin une avancée dans la limitation des risques ? (Guide Social)