Faut-il dépénaliser les drogues? A Anvers, les avis sont partagés (VRT)

Sorry, this entry is only available in French and Dutch.

Faut-il continuer à punir les usagers de drogues ou non? Devrait-on sortir les drogues du droit pénal? Les opinions sont partagées, selon un sondage auprès des partis politiques anversois. Plusieurs partis politique à Anvers souhaitent mettre en place un commission pour discuter de la réglementation des drogues.

Lire la suite (NL) : Drugs strafbaar of niet? Dit vinden de Antwerpse politici (VRT)

Lancement de la campagne “Smart On Drugs” en Flandre

Sorry, this entry is only available in French and Dutch.

La campagne “Smart On Drugs” est lancée en Flandre. Cette initiative citoyenne est le pendant néerlandophone de la campagne STOP1921. La forme est différente mais le fond est le même, avec quelques nuances liées à l’actualité de l’autre côté de la frontière linguistique. Mais, entre ces 2 campagnes il n’y a pas de frontière, nous travaillons ensemble.

En savoir plus :

De Block n’a pas l’intention de légaliser l’huile de cannabis

Sorry, this entry is only available in French and Dutch.

La ministre de la Santé publique, Maggie De Block, n’a pas l’intention de légaliser l’huile de cannabis a-t-elle fait savoir à propos d’un cas qui fait couler de l’encre en Flandre.

Sofie, une fille de 9 ans résidant à Maasmechelen, absorbe chaque jour une goutte d’huile de cannabis pour soigner son épilepsie, avec un « succès certain » puisque le nombre de ses attaques est passé de 50 à 0 par jour, affirme sa mère. Le fournisseur du produit, un Anversois de 64 ans, a toutefois dû mettre fin à son activité en raison d’une saisie par la justice.

Lire la suite : De Block n’a pas l’intention de légaliser l’huile de cannabis (Le Soir)

 

 

 

Haal CBD-olie uit de juridische schemerzone (DeWereldMorgen)

Sorry, this entry is only available in Dutch.

Het gebruik en de productie van medicinale cannabisolie (CBD-olie) is wettelijk nauwelijks geregeld in ons land. Het zorgt ervoor dat producenten en patiënten in een juridische schemerzone moeten opereren. Patrick Dewals legt uit tot wat voor toestanden dit leidt, en waarom een wettelijk kader zo lang op zich laat wachten.
Een artikel van Patrick Dewals op de DeWereldMorgen-website

 

La justice saisit l’huile de cannabis médical destinée à une jeune patiente autiste épileptique

Sorry, this entry is only available in French and Dutch.

Cette semaine, suite à une décision de justice, une intervention de police a eu lieu en Flandre afin de saisir le traitement d’une jeune patiente de 9 ans atteinte d’une forme d’autisme caractérisé par de sévères crises d’épilepsie et d’autres troubles.

Son traitement – le seul qui fasse effet dans son cas – consiste en la prise d’huile de cannabis médical. Malheureusement, en Belgique, ce traitement n’est pas reconnu, bien qu’il soit prescrit et légal dans d’autres pays.

Le dossier est connu par la Ministre de la Santé Maggie De Block ; celle-ci détient en outre le pouvoir d’autoriser, au cas par cas, des traitements médicaux à base de cannabis, notamment dans ce genre de situation, mais elle se refuse à le faire.

Par conséquent Sofie et de nombreux patients belges sont obligés de s’approvisionner au marché noir.

Quant à la justice et à la police, en attendant un éventuel changement législatif, elles doivent se référer à la loi du 24 février 1921 qui définit la politique drogues belge, en 2018.

Sources :

Pour en savoir plus sur la maladie de la jeune Sofie : http://sofievoncken.be

“The drug market is thriving” while the Commission on Narcotic Drugs limps along (IDPC)

“The drug market is thriving” is one of the key messages in UNODC’s 2017 World Drug Report. This is an important admission from the UN’s lead agency for drugs given that it is now less than nine months away from 2019 – the current target date by which governments committed to “significantly reduce or eliminate” the global drug market within ten years. At last month’s annual gathering of the Commission on Narcotic Drugs (CND) in Vienna, the abysmal failure to be able to claim any progress whatsoever towards these so-called ‘drug-free’ targets was the backdrop to the latest round of tense negotiations on global drug control.

Pressure on the UN drug control system continues to build following the UNGASS in 2016. At last year’s CND meeting, it was clear that a new paradigm was emerging with human rights, public health and sustainable development becoming centrally embedded in the debates. However, this development is not to the liking of all member states and this latest CND meeting was arguably the most contentious and fractious to date. The so-called consensus on drugs so clearly “ripped apart at the seams” is now a distant and rapidly fading memory. It was an eventful week and here are five significant developments that encapsulate the tone and mood of the UN drug policy debate.

Read more : “The drug market is thriving” while the Commission on Narcotic Drugs limps along (IDPC)

Le Fédéral fait toujours obstacle à la création de SCMR (Guide Social)

Sorry, this entry is only available in French.

L’entrevue du bourgmestre de Liège avec la ministre fédérale de la santé Maggie De Block au sujet de la création d’une salle de consommation à moindres risques (SCMR) pour les personnes toxicomanes ne s’est pas déroulée comme il l’espérait. Le Fédéral fait barrage, mais le bourgmestre s’obstine.

La Belgique est divisée quant à la création de salles de consommation à moindres risques (SCMR) pour les personnes toxicomanes. Le Fédéral ne prévoit pas de changer la loi interdisant ce type de structure, alors même que le secteur associatif, ainsi que de nombreuses personnalités politiques, demandent d’adopter une nouvelle politique de santé publique de réduction des risques. A Liège, le bourgmestre Willy Demeyer, qui a promis une SCMR à la ville pour fin juin, s’est entretenu avec la ministre de la Santé Maggie De Block, qui l’a renvoyé vers le ministre de la Justice.

(…)

Côté francophone, tous les voyants sont pourtant au vert pour la création de SCMR. Alda Greoli, ministre wallonne de la Santé, s’affirme en faveur de la réduction des risques, et est rejointe sur ce point par Cécile Jodogne, son homologue à la Cocof. En revanche, la Flandre apparaît plus frileuse sur le sujet. Récemment, Bart De Wever, député flamand et président de la N-VA, s’est par exemple affiché en faveur de politiques répressives, refusant les politiques « permissives » des Pays-Bas.

Pourtant, la politique de réduction des risques semble petit à petit s’imposer partout en Europe. En encadrant la prise de drogue, les risques d’overdose sont limités et les personnes toxicomanes sont en relation avec des soignants compétents en matière d’addiction. Les SCMR réduisent aussi les problèmes de nuisances publiques, comme la consommation visible. Les politiques répressives ont prouvé leurs limites, et les nouvelles mesures doivent se prendre en concertation avec le terrain, en demande de ce type de structures.

(…)

Lire la suite / Source : Le Fédéral fait toujours obstacle à la création de SCMR (Guide Social)

Top