Zet die plaat af! Een war on drugs heeft nog nooit gewerkt (De Morgen)

Désolé, cet article est seulement disponible en Néerlandais. Pour le confort de l’utilisateur, le contenu est affiché ci-dessous dans une autre langue. Vous pouvez cliquer le lien pour changer de langue active.

Opinie van Tom Decorte – hoogleraar criminologie aan de Universiteit Gent

Vijf jaar voert de N-VA haar war on drugs nu al, en de onbedoelde neveneffecten waren voorspeld. Na vijftig jaar repressie weet de wetenschappelijke wereld dat zo’n aanpak nooit kàn werken. Ze kost handenvol geld, maar de drugsmarkten krijg je er niet mee ontwricht. Integendeel, ze worden nog winstgevender en dus aantrekkelijker voor de échte beroepscriminelen; en ze verharden: het geweld in de publieke ruimte tussen rivaliserende groepen escaleert. (…)

De burgemeester van Antwerpen mag dan al terecht bezorgd zijn over de drugsfenomenen in zijn stad, maar zijn analyses zijn onwetenschappelijk en ingegeven door ideologische overwegingen (hij verwijst vaak naar zijn geweten in deze materie). De weerkerende suggestie dat Nederland de bron van alle kwaad is, en ons eigenlijk met een drugsprobleem heeft opgescheept, is natuurlijk nonsens. Belgische consumenten vormen ook de vraagzijde naar drugs, en drugshandelaren zullen altijd weer de weg van de minste weerstand zoeken om de middelen bij de consument te krijgen.

Het wordt tijd dat de regering een parlementaire werkgroep in het leven roept, die op een ernstige manier kennis neemt van de wetenschappelijke kennis, en van de inzichten van de deskundigen op het terrein. Niet met het oog op een kortzichtige analyse, maar op een fundamentele actualisering van ons drugsbeleid. In een debat zei de Antwerpse burgemeester ooit: als daar een meerderheid voor te vinden is, sta ik er voor open. Maar ondertussen blijft hij op strategisch goed gekozen momenten dezelfde plaat draaien. Tijd om ze af te zetten, dunkt me.

Bron : Zet die plaat af! Een war on drugs heeft nog nooit gewerkt (De Morgen)

Liège ouvre sa première SCMR, enfin une avancée dans la limitation des risques ? (Guide Social)

Elle l’avait dit : même si les autorités fédérales s’y opposaient, Liège ouvrirait sa Salle de Consommation à Moindres Risques (SCMR). C’est désormais chose faite, puisque la ville inaugurera la nouvelle structure ce mercredi. Une réelle avancée pour le secteur, qui lutte depuis tant d’années en faveur d’une révision de la loi, qui date de 1921.

Le secteur de la toxicomanie peut crier (une première) victoire ! Liège ouvrira les portes de sa Salle de Consommation à Moindres Risques ce mercredi. Après des années de débats et de polémiques, le bourgmestre Willy Demeyer a décidé de passer outre le gouvernement fédéral et d’inaugurer un nouvel espace dans la Ville, pour permettre aux toxicomanes de consommer en toute « tranquillité ». Le projet est plutôt bien accueilli, même si certains aspects devront faire preuve d’une surveillance accrue. Le secteur, quant à lui, salue cette mesure.

Lire la suite : Liège ouvre sa première SCMR, enfin une avancée dans la limitation des risques ? (Guide Social)

Culture du cannabis en Belgique: Maggie De Block ouvre une première porte vers la légalisation! (Sudinfo)

Maggie De Block, la ministre de la Santé publique, serait sur le point de légaliser l’huile de cannabis thérapeutique, a déclaré Nele Lijnen (Open VLD), à nos confrères de Het Laaste Nieuws.

«  Maggie De Block est en train de régler les derniers détails d’un arrêté royal à ce sujet  », a déclaré Nele Lijnen à Het Laaste Nieuws. L’annonce d’une future légalisation de l’huile de cannabis thérapeutique a été faite dimanche soir, lors d’une marche organisée en faveur de cette cause au Limbourg. À la tête de cette campagne, Jean Pierre Voncken et Ula Milata. Ce couple se bat depuis trois ans pour que leur fille puisse consommer de l’huile de cannabis légalement. En effet, Sofie, âgée de 9 ans souffre d’une forme d’épilepsie.

Lire la suite : Culture du cannabis en Belgique: Maggie De Block ouvre une première porte vers la légalisation! (Sudinfo)

Addendum : Il semblerait que cette information soit démentie par Maggie De Block qui affirme ne pas avoir l’intention de « légaliser » l’huile de cannabis.

Liège débloque plus d’un million d’euros pour une salle de consommation de drogue (RTBF)

#SCMR : le Gouvernement fédéral refuse toujours de modifier la loi de 1921, y compris pour autoriser un dispositif socio-sanitaire plébiscité par le secteur spécialisé et encouragé par l’OMS et l’EMCDDA. Partant du principe qu’une compétence régionalisée « doit pouvoir s’exercer pleinement sans que la législation fédérale n’y fasse entrave », la Région Wallonne et la Ville de Liège prennent les devants.

Continuer la lecture de « Liège débloque plus d’un million d’euros pour une salle de consommation de drogue (RTBF) »

Cannabis : les pays qui le légalisent ne sont pas les libertaires qu’on croit (Challenges.fr)

La prohibition est un échec. On ne compte plus les rapports faisant état des trafics, des troubles à l’ordre public qu’ils engendrent, du manque de connaissance quant aux risques supposés et ceux avérés, de la facilité de s’en procurer… « Ça pousse partout » entend-on lorsqu’on tend l’oreille. Dans de nombreux Etats, la légalisation du cannabis est en marche. Ces pays l’ont bien compris : légaliser pleinement permet de réguler efficacement. Autoriser signifie contrôler qui signifie sanctionner lorsque le droit n’est pas respecté. C’est ce que montre le nouveau rapport du Think tank GenerationLibre.

Lire l’article : Cannabis : les pays qui le légalisent ne sont pas les libertaires qu’on croit (Challenges.fr) Continuer la lecture de « Cannabis : les pays qui le légalisent ne sont pas les libertaires qu’on croit (Challenges.fr) »

Drogues, salles de [consommation de drogues] et désobéissance civile (Moustique.be)

La tolérance zéro prônée par le fédéral en matière de consommation de stupéfiants a du plomb dans l’aile. Qu’il le veuille ou non. À côté de la guerre contre la drogue – personnifiée à Anvers par Bart De Wever -, les politiques menées en la matière se déclarent également la guerre… entre elles. C’est que la loi régissant les narcotiques en Belgique date de 1921. Un non-sens pour de nombreux citoyens, acteurs de terrain, juristes et politiques qui dénoncent son obsolescence.

Lire la suite : Drogues, salles de shoot et désobéissance civile (Moustique.be)

La N-VA s’oppose à la [salle de consommation à moindre risque] à Liège, mais en ouvre une à Anvers (RTBF)

 Depuis de longs mois, le projet liégeois de « salle de shoot » se heurte à des oppositions flamandes. Le CD&V et surtout la N-VA refusent de modifier la loi, et de permettre de mener, avec des gens avec lesquels toutes les méthodes de sevrage ont échoué, une expérience de consommation sans risque de stupéfiants.

En février dernier, la députée Valérie Van Peel a encore réaffirmé le principe de la tolérance zéro en la matière: « pas question de changer la moindre virgule…. » Et pourtant… Son parti, la N-VA, dirige la ville d’Anvers, où, depuis le mois d’octobre, un « zorghostel » accueille une vingtaine de résidents. C’est un établissement de soins qui héberge des personnes sans domicile, des gens en assuétude profondes et, ils sont autorisés à consommer des substances illicites, pour autant que ce soit dans leur chambre.

C’est le magazine Ter Zake de nos confrères de la VRT qui a montré, voici quelques jours, le quotidien du « zorghostel »: des résidents en perdition, des joints, des seringues, des amphétamines, avec un encadrement psychologique, mais sans le moindre procès-verbal du Parquet du Procureur du Roi !

Lire la suite : La N-VA s’oppose à la salle de shoot à Liège, mais en ouvre une à Anvers (RTBF)

Le Parlement bruxellois francophone demande la mise en place de distributeurs de seringues stérilisées (BX1)

Le Parlement de la Cocof approuve vendredi une proposition de résolution demandant à son collège de mettre en place des “stéribornes” sur le territoire régional.

“Ces dispositifs sont un véritable plus en matière de santé, pour les concernés et pour la population en générale, mais aussi pour la propreté et la sécurité : plus de vieilles seringues qui traînent. À Bruxelles, de résistances locales en frilosité électorale, les stéribornes ne sont toujours pas lancées”, insiste la députée bruxellois Zoé Genot (Ecolo), signataire de la résolution avec les députés Fabian Maingain (Défi) et Julien Uyttendaele (PS). “Un seul traitement contre l’hépatite C coûte 70.000 €. Avec ce montant, ce sont 50.000 packs d’injection stérile qui pourraient être distribués!”, souligne, pour sa part, Julien Uyttendaele.

Concrètement, avec leur proposition de résolution, le Parlement de la Cocof demande à son collège, de mettre en place, en concertation avec les communes concernées et les associations bruxelloises participantes spécialisées dans la réduction des risques en matière de drogues, un dispositif de stéribornes réparti de manière cohérente sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale.

K.Ol.

Source : Le Parlement bruxellois francophone demande la mise en place de distributeurs de seringues stérilisées (BX1)

Voormalig AB InBev-topman investeert in cannabis in de VS en pleit voor legalisering in België (Express)

Désolé, cet article est seulement disponible en Néerlandais. Pour le confort de l’utilisateur, le contenu est affiché ci-dessous dans une autre langue. Vous pouvez cliquer le lien pour changer de langue active.

Ex-AB InBev-topman Chris Burggraeve pompt in de Verenigde Staten geld in cannabis. Steeds meer staten legaliseren cannabisgebruik en binnenkort is recreationeel gebruik ook toegestaan in Canada en Australië. Burggraeve wil dat de groene plant voor medicinaal en recreatief gebruik gelegaliseerd wordt in België. Hij stelde zijn studie voor op het ‘and&’-congres in Leuven.

« In België is cannabis sinds 1921 illegaal. De Belgische wetgeving beschouwt de stof zowel als een een soft- als harddrug.

Burggraeve wil dat medisch én recreatief cannabisgebruik gelegaliseerd wordt in België. Daarbij moet volgens hem juiste balans gevonden worden tussen ethiek en winstbejag. Hij wil een transparante markt en stelt dat de zwarte markt van de Belgische cannabishandel niet op één dag tijd omgetoverd kan worden in een witte markt. »

(…)

Lees meer : Voormalig AB InBev-topman investeert in cannabis in de VS en pleit voor legalisering in België (Express)

Antwerpse druggebruikers vragen gebruiksruimte (HLN)

Désolé, cet article est seulement disponible en Néerlandais. Pour le confort de l’utilisateur, le contenu est affiché ci-dessous dans une autre langue. Vous pouvez cliquer le lien pour changer de langue active.

De Antwerpse druggebruikers zijn vragende partij om in de stad een officiële gebruiksruimte in te richten. In die ruimte zouden ze veiliger en hygiënischer te werk kunnen gaan. Ook het aantal zwerfspuiten zou dankzij zo’n ruimte drastisch verminderen. Dat blijkt uit de resultaten van de Antwerpse Drugs- en Alcoholmonitor die vandaag werden voorgesteld. De stad vindt zo’n ruimte momenteel niet aan de orde.

Lees meer : Antwerpse druggebruikers vragen gebruiksruimte (HLN)